Dokken : Une randonnée cathartique dans une zone de gestion de la faune marque le premier jour du printemps – Grand Forks Herald

Brad Dokken

COMTÉ DE ROSEAU, Minn. – Le dimanche 20 mars était un jour où toutes les promesses du printemps étaient vivantes et abondantes sous de multiples formes.

C’était une journée glorieuse pour être dehors. Des journées comme celle-là ont été rares ces derniers mois.

Bien sûr, le calendrier a marqué le jour comme le premier jour du printemps, mais dimanche en fait feutre comme le printemps – même s’il n’a pas exactement voir comme le printemps où j’étais :

Ciel ensoleillé, températures dans les années 40 et – pour changer – peu ou pas de vent.

La neige avait pratiquement disparu dans la vallée de la rivière Rouge et dans presque tout le Dakota du Nord – presque du jour au lendemain, semble-t-il – le week-end dernier, mais il n’était pas nécessaire de s’aventurer très loin à l’est dans le Minnesota pour trouver de la neige profonde.

Le contraste était saisissant.

C’est pourquoi j’ai décidé de faire une randonnée dimanche matin dans une partie de la zone de gestion de la faune de Roseau River, dans le nord-ouest du Minnesota, près de la frontière canadienne, pour voir ce que je pouvais voir. Être à l’intérieur n’était pas une option un tel jour, alors après quelques tasses de café dans le dortoir de l’escapade familiale, je suis sorti.

C’est mon terrain de prédilection et l’un de mes endroits préférés pour découvrir et profiter du plein air.

En raison de la neige épaisse et des conditions hivernales généralement extrêmes, le ministère des Ressources naturelles du Minnesota a récemment déneigé de nombreuses routes et sentiers qui serpentent à travers la WMA afin de fournir un couloir de déplacement aux cerfs qui, autrement, marcheraient dans la neige jusqu’au ventre.

Bien que généralement fermés aux véhicules motorisés, les sentiers de la WMA – la plupart d’entre eux, du moins – sont ouverts aux motoneiges en hiver, mais les sentiers qui ont été dégagés à Roseau River étaient nus jusqu’au sol le week-end dernier.

Pas si bon pour une dernière balade en motoneige, bien sûr, mais parfait pour ma première randonnée de l’année à travers la WMA.

Je n’avais pas parcouru le premier sentier déneigé lorsque j’ai vu un cerf de Virginie prendre le soleil sur un monticule enneigé à quelques mètres dans les broussailles. Nous nous sommes regardés pendant une minute ou deux avant que le cerf ne bondisse sur un banc de neige et sur le sentier déneigé.

Malgré l’hiver qu’il a enduré, le cerf de Virginie semblait en bon état mais il a évidemment préféré rester sur le sentier déneigé à travers les bois. D’après le nombre de cerfs que j’ai vus lors de ma randonnée du dimanche matin, le labour des sentiers a probablement sauvé un bon nombre de cerfs de la mortalité hivernale.

Les sentiers déneigés étaient piétinés par des pistes de cerfs à de nombreux endroits, et les nombreux cerfs que je rencontrais courraient simplement devant à mon approche, plutôt que de sauter par-dessus les bancs de neige dans la neige profonde de chaque côté du sentier.

La famine et les loups ont probablement pris leur part de cerfs cet hiver – du moins dans cette partie du nord-ouest du Minnesota – mais le cerf que j’ai rencontré dimanche devrait avoir dépassé le pire. Je me demandais, cependant, comment les cerfs s’en tireraient dans les zones qui n’étaient pas labourées.

Un ciel ensoleillé et des températures douces n’étaient pas les seuls signes du printemps que j’ai rencontrés dimanche matin. La glace et la neige dominaient toujours le paysage, mais les bernaches du Canada étaient de retour, et leurs cris rauques étaient un son bienvenu pour ces oreilles fatiguées par l’hiver.

Les bois étaient également remplis de corneilles et de corbeaux; sans aucun doute, pensai-je, me nourrissant des carcasses des victimes de la faune hivernale hors du sentier et de retour dans les bois, où la neige était plus profonde que je ne voulais m’aventurer.

J’ai aussi entendu le doux appel des moineaux à gorge blanche et, vers la fin de ma randonnée, le lointain boum-boum-boum d’une gélinotte huppée tambourinant qui se prépare pour le printemps.

D’ici peu, les bois seront encore plus vivants avec les sons de la saison.

Contrairement à l’hiver dernier, lorsque les températures douces et peu de neige ou de glace permettaient des promenades régulières dans la voie verte de Grand Forks le long de la rivière Rouge, mon programme d’exercices cet hiver s’est principalement limité à un tapis roulant, une routine que je trouve brutalement ennuyeuse et facile à sauter, même avec la télévision que j’ai fixée au mur.

Dans ce contexte, la randonnée de dimanche dans une zone de gestion de la faune que j’avais pour moi tout en étant entouré par les images et les sons de la nature était tout simplement cathartique. J’ai parcouru près de 4 miles et fait plus de 9 300 pas au cours de la randonnée de 90 minutes, selon l’application sur mon téléphone, mais transpirer s’était rarement senti mieux.

Le printemps, sous toutes ses formes, était enfin arrivé.

Leave a Comment