Éliminer le CO2 de l’air et de la mer n’est plus facultatif, selon l’ONU

L’Accord de Paris appelle à plafonner le réchauffement climatique en dessous de deux degrés Celsius, et la plupart des pays ont signé pour une limite plus ambitieuse de 1,5°C.

Quelle que soit la vitesse à laquelle le monde réduira ses émissions de gaz à effet de serre, il devra encore aspirer du CO2 de l’air et des océans pour éviter une catastrophe climatique, a déclaré cette semaine un rapport historique de l’ONU.

Longtemps considérée comme marginale ou comme un stratagème industriel pour éviter de réduire les émissions, la suppression du dioxyde de carbone (CDR) est aujourd’hui une arme nécessaire dans la lutte contre le réchauffement climatique, selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de l’ONU.

“Il s’agit du premier rapport du GIEC à déclarer clairement que l’élimination du dioxyde de carbone est nécessaire pour atteindre nos objectifs climatiques”, a déclaré Steve Smith, responsable d’Oxford Net Zero à l’Université d’Oxford.

L’Accord de Paris appelle à plafonner le réchauffement climatique en dessous de deux degrés Celsius, et la plupart des pays ont signé pour une limite plus ambitieuse de 1,5°C.

Même dans les scénarios de réduction de carbone les plus agressifs, plusieurs milliards de tonnes de CO2 devra être extraite chaque année de l’atmosphère d’ici 2050, et un total cumulé de centaines de milliards de tonnes d’ici 2100.

“L’élimination du dioxyde de carbone est nécessaire pour atteindre des émissions nettes de CO2 et de gaz à effet de serre nulles, tant au niveau mondial que national”, conclut le rapport.

Cela compensera les secteurs où les émissions seront difficiles à réduire, comme l’aviation, le transport maritime et le ciment.

Et selon le succès avec lequel la pollution par le carbone est réduite, le CDR peut être nécessaire pour refroidir la surface de la Terre si les objectifs de températures du traité de Paris sont dépassés.

La restauration des forêts et la plantation d'arbres qui absorbent et stockent le CO2 à mesure qu'ils poussent figurent également en bonne place dans les scénarios de développement ach

La restauration des forêts et la plantation d’arbres qui absorbent et stockent le CO2 au fur et à mesure de leur croissance figurent également en bonne place dans les scénarios de développement atteignant des émissions nettes nulles au milieu du siècle ou vers le milieu du siècle.

Cultiver, brûler, enterrer

Il existe une variété de façons d’obtenir des “émissions négatives”, mais toutes devraient être augmentées de manière significative pour faire une brèche dans les quelque 40 milliards de tonnes de CO2 actuellement émis chaque année.

Réduire la pollution par le carbone reste la priorité absolue.

“Il est essentiel qu’une feuille de route équitable et ordonnée pour la transition des combustibles fossiles soit convenue”, a déclaré David King, chef du Climate Crisis Group et ancien conseiller scientifique en chef britannique.

“Mais nous devons également consacrer beaucoup plus de ressources à l’élimination des gaz à effet de serre.”

Pratiquement tous les modèles du GIEC définissant des voies pour un avenir viable réservent un rôle important à la technologie appelée BECCS, ou bioénergie avec capture et stockage du carbone.

La recette est assez simple : faire pousser des arbres, les brûler pour produire de l’énergie et enterrer le CO2 émis sous terre, dans un puits de mine désaffecté par exemple.

La méthode CDR la plus récente, un processus chimique connu sous le nom de capture et stockage directs du carbone dans l'air (DACCS), est l'une des plus chaudes

La méthode CDR la plus récente, un processus chimique connu sous le nom de capture et stockage directs du carbone dans l’air (DACCS), est l’une des plus chaudes.

D’ici 2050, selon le GIEC, BECCS pourrait être appelé à extraire un peu moins de trois milliards de tonnes de CO2 par an.

Restaurer les forêts et planter des arbres qui absorbent et stockent le CO2 au fur et à mesure de leur croissance figurent également en bonne place dans les scénarios de développement atteignant des émissions nettes nulles au milieu du siècle ou vers le milieu du siècle, représentant le même niveau d’élimination du carbone au milieu du siècle.

Mais ce qui fonctionne sur le papier – et dans les soi-disant modèles d’évaluation intégrés – ne s’est pas concrétisé dans la réalité.

L’une des rares installations BECCS à l’échelle commerciale au monde, en Grande-Bretagne, a été retirée l’année dernière de l’indice S&P Clean Energy parce qu’elle ne répondait pas aux critères de durabilité.

“Je ne vois pas un boom du BECCS”, a déclaré Oliver Geden, chercheur principal à l’Institut allemand des affaires internationales et de sécurité et expert du CDR.

Régimes de compensation

La superficie requise, quant à elle, pour les programmes de plantation d’arbres – jusqu’à deux fois la taille de l’Inde – serait en concurrence avec les besoins en nourriture et en biocarburants.

Graphique montrant diverses méthodes pour éliminer le dioxyde de carbone de l'atmosphère

Graphique montrant diverses méthodes pour éliminer le dioxyde de carbone de l’atmosphère.

De nombreuses entreprises, y compris les entreprises de combustibles fossiles, dépendent fortement des programmes de compensation carbone basés sur le boisement pour compenser les émissions de carbone continues.

La méthode CDR la plus récente, un procédé chimique connu sous le nom de capture et stockage directs du carbone dans l’air (DACCS), suscite l’intérêt.

Le leader de l’industrie, Climeworks, basé en Suisse, a annoncé mardi avoir levé 650 millions de dollars (595 millions d’euros), et la technologie a attiré le soutien d’importantes entreprises via le partenariat Breakthrough Energy de Bill Gates.

Mais le potentiel de mise à l’échelle reste à prouver : l’installation de capture directe de l’air de Climeworks en Islande – la plus grande au monde – élimine en un an ce que l’humanité émet en trois ou quatre secondes.

D’autres méthodes CDR à divers stades d’expérimentation et de développement comprennent l’amélioration de la capacité du sol à séquestrer le carbone; conversion de la biomasse en une substance semblable au charbon de bois appelée biochar ; la restauration des tourbières et des zones humides côtières ; et l’altération dite renforcée des roches riches en minéraux qui absorbent le CO2.

Les méthodes potentielles basées sur l’océan comprennent l’augmentation de l’alcalinité marine, soit en ajoutant directement des minéraux alcalins, soit par un traitement électrochimique, et en stimulant la croissance du phytoplancton, de minuscules organismes qui stockent du carbone par photosynthèse, puis coulent au fond de l’océan lorsqu’ils meurent.


Ce n’est plus un dernier recours : extraire le CO2 de l’air


© 2022 AFP

Citation: Éliminer le CO2 de l’air, la mer n’est plus facultative, dit l’ONU (2022, 5 avril) récupéré le 7 avril 2022 sur https://phys.org/news/2022-04-co2-air-sea-longer-optional.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation loyale à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Leave a Comment