Gerald Winegrad : La merveille de la faune, menacée par le réchauffement climatique

Ma fascination pour la faune a commencé dès mon plus jeune âge. J’ai adoré lire sur les créatures de la nature et regarder des émissions sur la faune comme “Wild Kingdom” à la télévision. J’ai également été fasciné par les animaux exposés dans les zoos de Washington et de Baltimore, les étudiant pendant que le reste de ma famille partait.

Cet émerveillement m’a conduit à vouloir devenir avocat, puis à mon premier vrai travail hors de la faculté de droit pour la National Wildlife Federation en 1969, puis à gagner un siège à la Maryland House of Delegates en 1978.

Après avoir défendu la cause environnementale pendant 16 ans, je suis parti après avoir servi 12 ans au Sénat. Devenu un fervent ornithologue, j’ai assumé la mission de conservation des oiseaux avec l’American Bird Conservancy pendant 13 ans. Dans l’espoir d’instiller un sentiment d’urgence pour le besoin de conservation de la faune chez les autres, j’ai ensuite enseigné un cours de troisième cycle que j’ai écrit sur le sujet à l’Université du Maryland.

L’un de mes grands plaisirs dans la vie est de voyager partout dans le monde avec ma fidèle compagne et photographe animalière, Carol. Nous avons eu la chance de pouvoir trouver tant de créatures étonnantes – des charançons à cou de girafe, des lémuriens, des morses, des ours polaires, un million d’albatros sur l’atoll de Midway, des jaguars, des éléphants d’Afrique, des léopards, des grizzlis, des loups, des fosses et des blancs honduriens. chauves-souris de tente. J’ai plongé avec des manchots des Galapagos, des iguanes marins, des tortues vertes et des requins.

Cette recherche de créatures sauvages grandes et petites implique toujours de ma part des recherches abondantes, la lecture de livres sur les animaux sauvages et l’étude des oiseaux de chaque pays que nous visitons, et l’apprentissage de l’histoire, de la culture et de la gouvernance des nations. Je me suis lancé dans ce processus pour notre prochaine éco-expédition cet hiver en Argentine, aux îles Falkland et Géorgie du Sud et en Antarctique. Je peux déjà identifier les huit espèces de manchots que nous sommes susceptibles de voir et j’étudie les phoques, les baleines et, plus difficile à identifier, les nombreuses espèces d’oiseaux marins.

Au cours de ma 77e année de vie, mon émerveillement a en fait augmenté à mesure que l’on en découvre davantage sur la vie secrète des animaux. L’être humain que j’aurais le plus aimé être et que j’admire profondément est Sir David Attenborough, le naturaliste qui a diffusé ses explorations de la faune pendant 70 ans et qui est toujours aussi fort à 95 ans. J’aurais adoré mener sa vie de global des expéditions à la recherche de la biodiversité et sa défense de la conservation de la toile de la vie qu’il explore avec les téléspectateurs.

Malheureusement, la réalité s’installe dans la mesure où nous, les humains, exterminons cette biodiversité à la fois délibérément et par inadvertance. Nous sommes au milieu de la sixième Grande Extinction, la première en 65 millions d’années et la seule provoquée par les activités humaines. Cet anéantissement de la nature doit être arrêté car l’extinction est irréversible. Nous pouvons tous aider à mettre fin à cette abomination immorale contre la création de Dieu ; nous n’avons pas le droit de mettre fin à des millions d’années d’évolution.

Avec la conclusion de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique, examinons le réchauffement climatique car il menace l’équilibre naturel de la Terre et l’existence de tant d’espèces.

La mégafaune qui pourrait être en voie d’oubli comprend les ours polaires et les morses qui sont des espèces phares pour les effets du changement climatique en raison de la fonte rapide de la glace de mer dans leur habitat arctique au réchauffement rapide. L’ours polaire a été la première espèce répertoriée en vertu de la Loi sur les espèces en voie de disparition en raison des effets du changement climatique en 2008. Les phoques annelés trouvés dans le même habitat arctique pourraient également disparaître. Pour les ours polaires, les phoques sont leur principale source de nourriture.

Les koalas dépendent des feuilles d’eucalyptus pour survivre. À mesure que les niveaux de dioxyde de carbone augmentent, la valeur nutritionnelle de ces feuilles diminue, entraînant la malnutrition et la famine des koalas. Des sécheresses plus longues et plus fréquentes augmentent les feux de brousse, tuant des millions d’animaux vivant dans les forêts comme les koalas.

L’avenir des papillons monarques est menacé par la fréquence croissante des phénomènes météorologiques extrêmes. La plus grande tortue de mer, la tortue luth en voie de disparition, est menacée par l’élévation du niveau de la mer induite par le réchauffement climatique et les phénomènes météorologiques extrêmes emportant les nids et réduisant l’habitat de nidification. Les œufs plus chauds se transforment en femelles et si les rapports de masculinité deviennent faussés, une plus grande diminution de la population se produira.

En août dernier, le US Fish and Wildlife Service a annoncé son intention d’inscrire le manchot empereur sur la liste des espèces menacées en vertu de la loi sur les espèces en voie de disparition. Ceci est basé sur des preuves que l’habitat de la banquise antarctique de l’animal se rétrécit en raison du réchauffement climatique. Le plus grand des pingouins risque de disparaître dans un avenir prévisible si la perte d’habitat se poursuit.

Dans le golfe du Maine, les macareux ont du mal à trouver leurs principales sources de nourriture – la merluche blanche et le hareng. À mesure que la mer se réchauffe, les poissons se déplacent vers des eaux plus profondes ou plus au nord, ce qui rend plus difficile pour les macareux de prendre un repas et de nourrir leurs petits. Beaucoup meurent de faim. Les saisons de reproduction retardées, les faibles taux de naissance et de survie des poussins contribuent tous au déclin de ces oiseaux.

Ce ne sont là que quelques-unes des milliers d’espèces affectées par le réchauffement climatique. Pouvez-vous aider en réduisant vos propres émissions de réchauffement climatique et en devenant un défenseur de la faune ? Pouvez-vous éventuellement soutenir la conservation de la faune avec la même ferveur réservée à vos chiens et chats de compagnie ? Pouvez-vous faire ce que vous pouvez pour mettre fin à la déforestation et à la destruction de l’habitat faunique et rétablir l’habitat là où vous le pouvez ?

Les deux choses les plus simples que vous puissiez faire pour réduire votre empreinte carbone et économiser de l’argent sont les suivantes :

1. économisez l’électricité, le gaz naturel et l’huile dans vos maisons et lieux de travail et de culte.

2. Conservez l’essence en n’utilisant que des véhicules hybrides ou électriques et arrêtez d’utiliser d’énormes réservoirs énergivores. Vous pouvez également faire la navette avec d’autres lorsque cela est possible, conduire plus intelligemment et garder les pneus correctement gonflés. Je suggère qu’au lieu d’essorer à la main plus de 3,50 $ le gallon d’essence, vous fassiez comme nous et conduisiez des hybrides, un à double plug-in qui obtient 130 mpg.

En visitant ma maison un jour froid d’hiver, mon père a commenté comment je gardais la maison si froide : « Cela ne me dérange pas de porter un chandail quand je viens ici, mais quand je vois un ours polaire courir dans le salon, il est temps pour augmenter la chaleur !” Eh bien, plus tôt que nous le pensons, il se peut qu’il n’y ait pas d’ours polaires pour traverser ma maison malgré sa basse température économe en énergie.

Leave a Comment