L’apiculture sécurise les corridors fauniques critiques dans le Grand Amboseli au Kenya



Par Evelyn Maken pour African Women in Media News

À travers la vaste savane à la périphérie du parc national d’Amboseli au Kenya, des ruches sont suspendues à des acacias comme des œuvres d’art. Les ruches sont peintes de couleurs variées tandis que certaines portent des images d’éléphants, d’abeilles et du mont Kilimandjaro dont les sommets enneigés sont visibles en arrière-plan.

Joyce Tokore, membre et secrétaire du groupe de femmes Inkasotuak, qui possède certaines des ruches, affirme que l’apiculture a apporté plus d’avantages qu’elle ne l’aurait cru possible.

“L’apiculture a aidé à restaurer le couvert forestier dans la région et nous donne également du pouvoir, nous les femmes”, dit-elle.

Les 19 membres d’Inkasotuak, qui signifient les “miséricordieux” en Maa, font partie d’un groupe de femmes, de filles et d’hommes de Kimana, dans le comté de Kajiado, qui ont bénéficié d’une initiative d’une organisation de conservation locale appelée Happy Community. L’initiative connue sous le nom d’Adopt A Hive vise à donner aux communautés locales les moyens de générer des revenus grâce à l’apiculture durable et, à son tour, de sécuriser davantage de terres pour la faune dans l’écosystème du Grand Amboseli.

“La raison pour laquelle nous avons formé Happy Community était d’aider à restaurer les habitats fauniques et les couloirs migratoires qui ont été convertis en d’autres utilisations dans l’écosystème plus large d’Amboseli”, explique James Njuguna, fondateur de Happy Community Organization.

Enfant, ayant grandi à Kimana près de la frontière du Kenya et de la Tanzanie, Njuguna se souvient que la faune errait librement dans de vastes parcelles de terre principalement habitées par les Maasai à l’extérieur du parc national d’Amboseli. La plupart des terres autour de la zone n’étaient pas subdivisées mais appartenaient à la communauté dans des ranchs collectifs. Mais en raison des pressions de l’augmentation de la population et du développement,

les grands morceaux de terre ont été fragmentés en parcelles d’environ 60 acres, chaque membre de la communauté optant pour différentes utilisations des terres, y compris l’agriculture et l’élevage.

Selon Levi Kavagi, coordinateur pour l’Afrique des programmes sur les écosystèmes et la biodiversité au PNUE, les couloirs de migration de la faune autour de nombreuses aires protégées au Kenya ont rétréci, menaçant la biodiversité. Kavagi note que le développement des infrastructures, les établissements humains en raison de la croissance démographique et la recherche de plus de terres agricoles ont tous contribué à la destruction de couloirs migratoires cruciaux.

“Ces corridors offrent une connectivité entre les écosystèmes et permettent à la faune de migrer, augmentant ainsi sa résilience, en particulier lors de calamités telles que la sécheresse”, explique Kavagi.

Amboseli est connue pour ses grandes populations d’éléphants, la plupart étant de grands défenses. D’une superficie de 392 kilomètres carrés et abritant environ 2 000 éléphants, le parc peut à peine contenir toute la faune, la plupart errant dans les terres communautaires voisines.

Au Kenya, les parcs et réserves classés par le gouvernement couvrent 8% de son territoire, mais cette zone est trop petite pour contenir les vastes populations d’animaux sauvages du pays. La majorité de la faune habite des terres privées et communales comme Kimana.

Kavagi dit qu’en dehors des aires protégées classées par le gouvernement, des arrangements informels pour la protection de la faune commune chez les Maasai se sont avérés efficaces pour freiner la perte de biodiversité et sont actuellement reconnus par le PNUE comme « autres mesures de conservation efficaces par zone » (OECM).

« L’une des politiques que le PNUE exhorte les pays à adopter pour protéger la biodiversité est la création de zones protégées que le Kenya met en œuvre », déclare Kavagi.

Dans le cadre de cet arrangement, l’objectif pour chaque pays était d’avoir au moins 17% de leur territoire sous aires protégées d’ici 2020.

Maintenant, dans l’écosystème du Grand Amboseli, une zone de 5000 kilomètres carrés, où davantage de terres sont converties pour l’agriculture horticole à grande échelle, le bétail et la faune se bousculent pour l’espace. Cela, en plus de la dégradation de l’écosystème par la communauté à travers la déforestation pour la combustion du charbon de bois, menace la survie de la faune emblématique du Kenya.

Au fil des ans, le nombre d’animaux sauvages au Kenya a considérablement diminué, avec une diminution estimée à 68 % sur 40 ans entre 1977 et 2016, en raison de la perte d’habitat, entre autres menaces.

L’initiative Adopt A Hive vise à stopper ces tendances. L’initiative travaille avec des particuliers et des entreprises du monde entier qui adoptent une ruche à KSh. 6 500 (£ 43). Les ruches sont distribuées aux groupes communautaires. Happy Community Organization fabrique les ruches et les ensembles

les place dans les exploitations des bénéficiaires et les surveille pour s’assurer qu’elles ont des abeilles. Deux fois par an, pendant la saison des pluies et lorsque les arbres ont fleuri, l’association aide les bénéficiaires à récolter le miel, à le transformer et à le vendre.

Les abeilles se procurent le nectar des acacias qui couvrent principalement la région. Une fois le miel vendu, 50 % des recettes sont envoyées aux groupes via un transfert en espèces, tandis que 30 % sont versés dans un fonds de bourses d’études pour soutenir l’éducation des filles au sein de la communauté et 20 % reviennent à l’organisation pour aider au suivi et au suivi. opérations du projet.

Les ruches sont faites sur mesure selon les préférences des donateurs. Les dons vont à la fabrication, à la préservation des ruches et à la récolte du miel. Depuis que l’association a mis en place la première ruche en décembre 2019, elle a progressivement construit et distribué 700 ruches à des groupes.

Les bénéficiaires ont récolté 2 000 kilogrammes de miel depuis février 2022 dans l’une des principales récoltes en cours. Chaque ruche peut produire jusqu’à 10 kilogrammes de miel, et l’organisation vend chacune à Ksh. 1 200 (£ 8).

En plus d’avoir un impact économique, l’initiative a également été essentielle pour stimuler les populations d’abeilles qui sont des pollinisateurs essentiels et pourraient avoir un impact positif sur les rendements des cultures à long terme.

Selon le PNUE, les abeilles font partie des insectes essentiels pour assurer la production alimentaire mondiale.

“Environ 80% de toute la nourriture que nous mangeons est produite par pollinisation croisée par les abeilles. “Si les abeilles devaient disparaître pendant quatre ans, il y aurait une crise alimentaire”, déclare Kavagi. Mais en raison des changements dans l’utilisation des terres pour l’agriculture, de la dégradation des habitats naturels et de l’utilisation de pesticides, les populations d’abeilles ont fortement diminué.

Joshua Pardio est membre d’un groupe communautaire de 12 personnes qui ont récolté leur miel pour la première fois en février de cette année.

“Une fois que nous aurons vendu le miel, soit nous déposerons l’argent sur un compte bancaire pour éduquer nos enfants, soit nous achèterons des taureaux pour l’engraissement”, dit-il.

Joshua, qui travaille comme garde forestier à Elerai Conservancy, une réserve communautaire voisine du parc national d’Amboseli, où il est propriétaire terrien, est le parrain d’un groupe de filles qui pratiquent l’apiculture. Le groupe de filles connu sous le nom de Noontimi comprend 15 membres, tous âgés de 15 à 20 ans.

“Nous nous sommes réunis en tant que parents et propriétaires fonciers d’Elerai et avons mobilisé des jeunes filles, principalement nos filles, pour rejoindre le projet”, explique Joshua.

Le groupe de filles a reçu 100 ruches de Happy Community en janvier de cette année. Une fois qu’ils auront récolté le miel, Joshua dit que le produit de la vente sera déposé sur un compte pour aider à payer l’éducation de la fille.

“Nos filles savent que de l’argent a été mis de côté pour leur éducation”, explique Joshua. En faisant cela, Joshua dit que les filles sont encouragées à rester à l’école au lieu d’opter pour des mariages précoces.

Happy Community cible les femmes et les filles en tant que principales bénéficiaires, en gardant à l’esprit qu’elles sont marginalisées à la fois économiquement et socialement au sein de la communauté. De nombreuses filles finissent par abandonner l’école en raison de mariages précoces et de mutilations génitales féminines.

“Parfois, les filles sont mariées sous prétexte que les parents n’ont pas d’argent pour les éduquer”, explique Njuguna, un avocat de 27 ans. De plus, bien que les femmes jouent un rôle majeur dans le travail de la terre et l’élevage du bétail, la plupart d’entre elles ne possèdent pas les facteurs de production, ce qui les laisse sans revenu.

En outre, les femmes masaï qui dépendent principalement des ressources naturelles pour gagner leur vie ont été touchées de manière disproportionnée par le changement climatique. Comme le reste des gens de son village, Joyce se dit alarmée par les changements climatiques imprévisibles, notamment les sécheresses persistantes, un phénomène devenu courant ces dernières années.

L’initiative apicole a également joué un rôle dans la restauration des écosystèmes dégradés.

“Personne ne peut oser abattre un arbre avec une ruche de peur d’être piqué par des abeilles”, note Joyce.

Depuis la réception de leur don de ruches en août 2021, Joyce note que chaque membre du groupe Inkasotuak a planté au moins quatre arbres dans le but de reboiser la zone où il y avait un abattage endémique d’arbres pour le charbon de bois. La restauration des écosystèmes dans le cadre de ce projet fait partie des efforts déployés par le Kenya pour freiner la perte de biodiversité dans le cadre du programme Africa Green Stimulus Program (AGSP) du PNUE.

Les autres efforts du Kenya pour protéger la biodiversité dans le cadre de l’AGSP passent par la mise en œuvre de l’économie circulaire, l’économie bleue et l’adoption de l’économie de la faune.

À leur petite échelle, les bénéficiaires d’Adopt a Hive contribuent également aux efforts du pays pour respecter ses engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre, également connus sous le nom d’Accord de Paris en 2015 pris lors de la Conférence des Parties sur le changement climatique (COP21).

Le Kenya fait partie des pays qui ont pris des engagements, également connus sous le nom de contributions déterminées au niveau national (NDC). “L’une des mesures prises dans le cadre de la CDN du Kenya pour réduire les émissions consiste à adapter les écosystèmes afin de renforcer la résilience de la nature et des humains face au changement climatique”, a déclaré Kavagi.

L’initiative Adoptez une ruche, qui vise à construire et distribuer 20 000 ruches sur une zone de 5 000 kilomètres carrés d’ici 2030, fait face à une concurrence croissante entre différentes utilisations des terres, notamment l’horticulture et l’élevage, et à convaincre les propriétaires fonciers d’opter pour l’apiculture pour protéger la faune. les couloirs peuvent parfois s’avérer difficiles.

Kavagi observe que l’apiculture est un moyen efficace pour les communautés de renforcer la résilience climatique en offrant une source de revenus alternative compétitive.

« Les ruchers sont une forme durable d’utilisation des terres car ils garantissent l’intégrité de l’écosystème.

Les revenus du miel aident également les communautés à mieux faire face aux effets du changement climatique », dit-il.

À long terme, l’initiative espère produire du miel pour l’exportation et transformer d’autres sous-produits tels que le venin d’abeille pour augmenter ses revenus.

Dans les années à venir, Njuguna, qui a grandi en regardant et en apprenant l’apiculture de son père, se concentre sur le fait de voir la faune errer librement dans l’écosystème du Grand Amboseli comme elle le faisait quand il était jeune garçon, une ruche à la fois.

Cet article fait partie du programme African Women in Media (AWiM) / UNEP Africa Environment Journalism

Il est reproduit ici dans le cadre du programme Space for Giants African Conservation Journalism, soutenu par le principal actionnaire d’ESI Media, qui comprend Independent.co.uk. Il vise à étendre la portée de la conservation et du journalisme environnemental en Afrique et à faire entendre davantage de voix africaines dans le débat international sur la conservation. Lisez l’histoire originale ici.

Leave a Comment